PROGRAMME DU JOUR

https://www.facebook.com/RADIO.mdm.itma

mercredi 5 mars 2014

Canada: gros Un investissement pour favoriser l'établissement des immigrés dans la région de l'Estrie

SHERBROOKE, QC, le 3 mars 2014 /CNW Telbec/ - La ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles et ministre responsable de la Charte de la langue française, Mme Diane De Courcy, le ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable de la région de l'Estrie, M. Réjean Hébert, le maire suppléant de la ville de Sherbrooke, M. Robert Pouliot, et le président de la Conférence régionale des élus (CRÉ) de l'Estrie, M. Jacques Demers, ont dévoilé aujourd'hui, en présence du député de Sherbrooke et vice-président de la Commission de l'administration publique, M. Serge Cardin, l'Entente spécifique en matière d'immigration pour la région de l'Estrie pour la période 2013-2018.
Première entente régionale
D'entrée de jeu, la ministre Diane De Courcy a souligné que cette première entente régionale en matière d'immigration intervient un peu plus d'un an après sa visite en Estrie dans le cadre de sa tournée dans les régions du Québec. À cette occasion, elle avait rencontré les partenaires régionaux du Ministère et échangé avec eux sur les principaux enjeux liés à l'immigration.
« Avec cette première entente régionale, nous visons à attirer les travailleuses et travailleurs immigrants qualifiés dont les entreprises estriennes ont besoin pour assurer leur développement. L'entente permettra aussi de mettre à profit la grande tradition de concertation de la région et l'expertise développée dans l'accueil et l'intégration des personnes immigrantes en emploi et dans leur milieu de vie », a-t-elle ajouté.
L'Entente spécifique en matière d'immigration pour la région de l'Estrie, d'une durée de cinq ans, regroupe, outre le ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles, le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale, le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport —représenté par la Commission scolaire des Sommets—, la Ville de Sherbrooke, la Conférence régionale des élus de l'Estrie et le Forum jeunesse de l'Estrie.
« D'abord, à titre de ministre responsable de l'Estrie, c'est pour moi un honneur de participer au dévoilement de la première entente spécifique sur l'immigration survenant sur le territoire de la région. De surcroît, l'attrait d'une main-d'œuvre immigrante qualifiée et son intégration au monde du travail sera un facteur déterminant dans le succès que connaîtront la région et ses entreprises au cours des prochaines années. En effet, d'importants défis en termes de ressources humaines nous attendent : il était donc primordial de se doter d'un outil tel que cette entente spécifique qui réunit de nombreux partenaires », de lancer le ministre responsable de l'Estrie, Dr Réjean Hébert.
« Il est primordial de tout mettre en œuvre pour favoriser l'épanouissement des nouveaux arrivants et leur participation au dynamisme de notre activité économique, mais pour ce faire, on doit tenir compte des réalités régionales. L'Estrie fait déjà figure d'exemple en matière d'intégration des personnes immigrantes en emploi, et je suis convaincu que cette entente contribuera d'autant plus à  leur établissement permanent, une richesse pour la région », a souligné le député de Sherbrooke et vice-président de la Commission de l'administration publique, M. Serge Cardin.
2,2 M$ sur cinq ans
Près de 2,2 M$ seront investis par l'ensemble des partenaires de cette entente. L'apport du gouvernement du Québec représente plus de 1,3 M$ et, de cette somme, 996 000 $ proviennent du ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles. L'entente permettra :
  • de soutenir l'attraction et la rétention des travailleuses et des travailleurs immigrants qualifiés;
  • de mettre en place des moyens qui faciliteront l'intégration des personnes immigrantes en emploi de pair avec l'intégration dans leur milieu de vie;
  • de mobiliser les acteurs de divers secteurs et de toute la région afin de favoriser des actions concertées.
« La Conférence régionale des élus de l'Estrie veut souligner la contribution des différents acteurs du milieu estrien, en particulier celle de la Ville de Sherbrooke. C'est grâce à leur engagement que cette toute première entente régionale en immigration voit le jour. Attirer et accueillir les personnes immigrantes de même que contribuer au développement de leurs conditions de vie, voilà les objectifs qui ont guidé nos travaux. Au nom de la CRÉ de l'Estrie, c'est avec enthousiasme que j'annonce une contribution de l'ordre de 500 000 $ du Fonds de développement régional, à raison de 100 000 $ par année pour la période 2013-2018 », a déclaré M. Jacques Demers, président de la CRÉ de l'Estrie.
Des besoins accrus en main-d'œuvre qualifiée
Selon les prévisions d'Emploi-Québec, d'ici 2016 il y aura 28 700 postes à pourvoir en Estrie, dont 17 % résultent de la croissance économique et 83 % des départs à la retraite. Les domaines des technologies propres et des technologies de l'information et des communications sont en croissance soutenue dans la région depuis quatre ans et les entreprises auront besoin d'une main-d'œuvre qualifiée, qu'elle provienne du milieu ou de l'immigration.
« C'est avec grande fierté que la Ville de Sherbrooke partagera son expertise en matière d'accueil et d'intégration des personnes immigrantes avec ses nouveaux partenaires. Nous sommes très confiants que la mise en commun de nos ressources donnera d'excellents résultats », a déclaré le maire Bernard Sévigny.
Pour soutenir le développement régional, le ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles s'est doté, l'an dernier, du plan d'action Un Québec fort de son immigration, inspiré des échanges qui ont eu lieu avec les partenaires lors la tournée de Mme De Courcy dans les régions du Québec. Parmi les 24 mesures qui composent ce plan, certaines visent à accroître l'attrait des régions pour les personnes immigrantes qui s'établissent au Québec. « En plus d'un soutien accru à la francisation, à l'accueil et à l'intégration en emploi, nous nous assurerons que les personnes immigrantes soient informées, avant leur arrivée au Québec, de la qualité de vie et des possibilités d'emploi qu'offrent des régions comme l'Estrie », a conclu la ministre Diane De Courcy.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire