PROGRAMME DU JOUR

https://www.facebook.com/RADIO.mdm.itma

mercredi 16 octobre 2013

Lyon: le réseau MDM exprime ses déceptions et ses attentes (Revue de presse)

Maroc : Les MRE partagés entre optimisme et pessimisme, vis-à-vis de leur nouveau ministre (Yabiladi)

Avec la nomination d’Anis Birou au poste de ministre en charge des Marocains du monde, Yabiladi a voulu savoir quelles sont les attentes des MRE vis-à-vis du nouveau ministre, sachant qu’il aura également la charge de la politique migratoire au Maroc. De manière générale, ils veulent le changement, réclamant la réalisation des promesses qui leur ont longtemps été faites, mais certains ont perdu espoir. Explications.
L’un des dossiers les plus préoccupants pour les associations de MRE est celui liés à la gestion des représentations diplomatiques du Maroc. « Il ne faut surtout pas que le nouveau ministre fasse comme Maâzouz, avec qui nous avons constaté beaucoup de tâtonnements et d'approximations », affirme Ahmed Barni, Coordinateur du réseau des associations marocaines dans le Rhône-Alpes-Auvergne. 
Revoir la gestion et la communication dans les consulats
D’après lui, M. Birou devrait résoudre les questions liées à la gestion des consulats et éviter les « erreurs » de son prédécesseur, à savoir, « le mauvais rôle des consuls, les conventions sans effet, et surtout la mauvaise gouvernance et les mauvais conseillers ». Le militant associatif a surtout, à l’esprit, le cas du consulat de Lyon où de nombreuses « malversations », dénoncées en mai dernier, ont conduit au limogeage du consul de l’époque, Saad Bendourou. D’ailleurs les MRE de la région du Rhône-Alpes ont connu tellement de déboires avec ce diplomate que son successeur, Chafika El Habti, avait suscité beaucoup d’espoir au vu de ses expériences passées à Rennes et Orléans.
Le problème est quasiment le même en Belgique, mais les responsables associatifs MRE affichent moins d’optimisme, car ils ont depuis l’impression de prêcher dans le désert. L’AMDH locale est encore outrée par l'affaire des 300 plaintes de corruption, d’abus et de harcèlement émises par les MRE contre les consulats du pays et médiatisée en août dernier. « Jusqu’à présent, l’Ambassade ne nous a pas répondu », regrette-t-il, estimant que les représentants diplomatiques « doivent revoir leur manière de communiquer ». L’homme regrette d’ailleurs que l’affaire n’ait pas été prise au sérieux par les autorités qui ont toujours nié la réception de ces plaintes.
Pour une nouvelle stratégie en faveur des MRE
Ahmed Barni, pour sa part, appelle Anis Birou à l’élaboration d’une « nouvelle stratégie qui tienne compte de tous les intervenants en vue de créer des relais et de pallier les dysfonctionnements et clientélisme des consulats » marocains à l’étranger.
Même son de cloche chez l’association des amis du peuple marocain en Espagne (ITRAN) . « Il faut que le nouveau ministre suive de près la gestion des consulats marocains, les fonctionnaires, … », indique son président, Mohamed Alami Susi.
LIRE la suite sur YABILADI.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire