PROGRAMME DU JOUR

https://www.facebook.com/RADIO.mdm.itma

mercredi 26 juin 2013

La mode marocaine à Marseille

Casa Moda Academy pourrait bientôt former les futurs Coco Chanel. Issue de la signature du Pacte national pour l'émergence industrielle signé en 2009, l'école supérieure de création de mode de Casablanca, la Casa Moda Academy (CMA), a pour mission de répondre aux besoins en compétences technico-créatives du secteur textile, habillement, cuir et artisanat.
Un aboutissement
Casa Moda est le fruit d'un partenariat public-privé entre l'association marocaine des industries textiles habillement (AMITH) et différents ministères marocains. Dès le départ, elle est liée à la Maison méditerranéenne des métiers de la mode (MMMM, à l'époque la Cité de la mode) : "On les a conseillés sur tout le dossier via une convention de partenariat signée il y a deux ans. Elle concerne donc le contenu pédagogique et des échanges d'étudiants, la valorisation de la création marocaine et des entreprises marocaines. Sylvie Richoux a d'ailleurs été recrutée en tant que directeur de développement, auprès de Fouad El Amri, directeur général, elle qui a été directrice du Musée de la mode à Marseille pendant dix ans. Et nous participons à la pédagogie en proposant des experts internationaux comme la styliste marseillaise Caroline Hanny", note Marilyne Bellieud-Vigouroux, fondatrice de la MMMM et en visite à Casablanca.
Car ce mois de juin fête les diplômes de la première promotion d'étudiants, après trois années d'études mais aussi l'installation dans les nouveaux locaux signés par l'architecte Soumiya Jalal Mikou. Les étudiants vont proposer aujourd'hui un défilé de mode qui fera date car il est l'aboutissement d'un cursus de formation inédit au Maroc - qui compte une quinzaine d'écoles de mode - car sont enseignés aussi bien les savoir-faire ancestraux comme la teinture, le travail du cuir ou le tissage mais aussi tout le volet économique (marketing...), le tout tourné vers l'international.
La création marocaine en marche
Plus encore, l'établissement symbolise une réflexion globale sur l'avenir du textile marocain. Il s'agit de moderniser une filière, 2e employeur du Maroc avec 250 000 postes, comme l'explique Saïd Benabdeljalil, industriel local et référent de l'école pour l'AMITH : "Il faut que le Maroc amène plus de compétence dans la filière textile car de plus en plus de sociétés internationales délocalisent leurs bureaux de créations par exemple".
L'accent est mis sur la création après des décennies d'assemblage "minute". Pour Fouad El Amri, l'école est déjà une réussite : "On est très fiers notamment des premiers recrutements par des industriels locaux qui viennent en effet d'embaucher cinq des quinze élèves diplômés. On veut que cette promotion trouve du travail tout de suite". C'est bien l'émergence de la création marocaine qui est en marche avec une jeune génération cosmopolite ancrée dans une réalité économique. L'Esmod ou la Saint-Martin School n'ont qu'à bien se tenir...

 laprovence.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire