PROGRAMME DU JOUR

https://www.facebook.com/RADIO.mdm.itma

jeudi 30 mai 2013

Les risques de l'immigration clandestine



Immigration: Karim Bahri avertit les candidats à l’immigration : "Certains immigrés doivent  revendre leurs vêtements pour se payer le retour".

Il a 35 ans, il est originaire de Bizerte (village de pêcheurs à la pointe nord de la Tunisie) et une menace de reconduction à la frontière d’expulsion plane sur sa tête. Lui, c’est Karim Bahri, un jeune Tunisien. 

Le jeune homme s’est assigné comme mission de se battre pour « avertir les jeunes qui rêvent d’Europe » et leur éviter de devenir ces migrants clandestins qui prennent la mer depuis l’Afrique du Nord sur des bateaux de pêche pour venir s’installer en Occident, en passant le plus souvent par l’Espagne ou l’île de Lampedusa.

Karim n’a plus peur de se montrer au grand jour, car il veut servir d’exemple à cette jeunesse qui croit encore aux fausses réverbérations de l’occident, car lui même, depuis sa tendre enfance, rêvait de voyages et d’aventures, nous raconte le site Rue89.

Comme beaucoup d’autres, il s’est laissé berner par tous ces jeunes « crâneurs », qui, de retour au pays, roulent dans leurs rutilants bolides, affichant des trains de vie indécents alors qu’en réalité, ils vivent dans une totale misère en France. « Ils doivent revendre leurs vêtements pour se payer le retour », fustige-t-il, amer.

Ce candidat à l’immigration, qui a passé des centaines d’heures en garde à vue, a fait la prison et qui a déjà échappé à une mort certaine lors d’une ses tentatives de rallier l’Europe, a suffisamment d’expérience pour dissuader les candidats au fameux Barça ou Barzakh très prisé par une certaine jeunesse sénégalaise.

Source: diasporaenligne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire